8 avril : journée mondiale du peuple Rrom

Article posté le 25 mars 2009

Dans les années 1960, à Montreuil-sous-Bois (banlieue parisienne), un mouvement s’amorce autour notamment de Ionel Rotaru un rrom d’origine moldave, dit Vaïda Voïvod, qui se fera bientôt l’avocat de la cause rrom en France et au-delà.

Son but est avant tout de faire reconnaître le génocide (Samudaripen) dont furent victimes les « tsiganes » pendant la Seconde guerre mondiale et d’obtenir des réparations pour les survivants. Ce mouvement s’élargit et aboutit à la création du Congrès mondial rrom, qui devient l’Union Rromani Internationale, le 8 avril 1971 à Londres.
Les Rroms ont, depuis ce premier Congrès, un drapeau et un hymne : Gelem, Gelem.

Pendant leur esclavage dans les principautés roumaines, qui ne fut aboli qu’en 1856, les Rroms vivaient dans des ’bordeï’, grands trous creusés dans la terre, recouverts de branches. Ils y gardaient aussi leurs chevaux pendant l’hiver, afin de les préserver du froid et aussi se réchauffer. Pour fêter l’arrivée des beaux jours, au début du mois d’avril ils sortaient les chevaux décorés pour l’occasion, dans une ambiance festive.

Choisi en 1971 comme symbole de l’émancipation, la date du 8 avril est devenue ainsi la Journée mondiale du peuple rrom. Elle renvoie à l’image de l’arrivée de la belle saison, de la sortie joyeuse des chevaux et d’un mouvement d’affirmation du peuple rrom. Depuis plusieurs années, divers groupements marquent cette journée de manifestations culturelles, comme "La Voix des Rroms" en France, d’où est pris le texte de cette brève.