Comment, aujourd’hui, mettre les gens en mouvement ?

Article posté le 7 novembre 2017 Print Friendly

Comment, aujourd'hui, mettre les gens en mouvement ?

Djynamo, le mouvement de jeunesse d’ATD Quart Monde, rassemble des jeunes de partout en Belgique. Il existe un groupe francophone et un autre néerlandophone. Depuis mars 2017, ils se réunissent tous les mois avec le metteur en scène Thomas Janssens.

À partir de leurs histoires et de leurs expériences, de leurs questions et de leurs idées, ils ont écrit une carte d’anniversaire pour les 100 ans de Joseph Wresinski, fondateur du mouvement international ATD Quart Monde. Ils l’ont lu ensemble le 17 octobre dernier, lors de la soirée "On a une trop bonne idée !", organisée par ATD Quart Monde.

 

Voici quelques extraits de leur lettre (ou l’original en néerlandais) :

Cher Père Joseph,
il y a 60 ans qu’ATD existe. Si vous aviez vécu, vous auriez aujourd’hui cent ans.
Voilà 30 ans que nous continuons la lutte sans vous.

(...)
Pour beaucoup de gens vous êtes un symbole. Vous avez rassemblé des individus et vous les avez mis en mouvement. (...) Comment, aujourd’hui, mettre les gens en mouvement ? C’est bien, n’est-ce pas, la question à laquelle vous nous avez demandé de donner une réponse concrète ? Ça ne se fait, croyons-nous, qu’en se manifestant. En faisant réellement la connaissance des autres. En leur faisant des compliments qui les touchent. En commençant par soi-même et en rayonnant vers les autres.
(...)
Nous avons peut-être, encore, besoin d’êtres qui enthousiasment ? De ceux qui tirent en avant et qui s’engagent inconditionnellement en faveur des plus vulnérables parmi nous. Nous n’en avons pas encore rencontré beaucoup qui sachent le faire. Glenn en avait un bel exemple : son éducateur à l’internat. Il lui a mis un pinceau dans les mains et l’a fait peindre. Et quand il a quitté l’école, c’était avec le sage conseil de continuer sur cette voie. Peut-être nous faut-il essayer d’être celui qui donne envie à l’autre ?!
(...)
Résistance est un beau mot. Il ne signifie pas seulement qu’on « s’oppose » à quelque chose, il implique aussi le changement : s’opposer, c’est changer les choses, c’est les déplacer. Je pense que nous ne pouvons jamais commettre la même faute que ceux qui nous maintiennent dans l’inexistence : en nous opposant, ce n’est pas ‘contre’ que nous avons en tête. Nous luttons POUR quelque chose.
(...)
Nous rêvons souvent d’actions ludiques. De faire des choses impossibles pour faire bouger notre quotidien. Pour réveiller les gens, leur mettre du cœur au ventre, leur enlever leurs œillères.
(...)
Cher Père Joseph,
Nous ne vous avons pas oublié. Les jeunes générations poursuivront sans relâche votre lutte. Oh, et une dernière chose : on vous le souhaite heureux, cet anniversaire !


(Vous trouverez ci-dessous plus de photos du groupe jeune et de sa lecture publique de leur lettre le 17 octobre dernier, ainsi que le .pdf de la lettre)

9 photos