L’écologie. Que laisserons-nous comme terre à nos enfants ?

Université Populaire Quart Monde - novembre 2009

Article posté le 2 novembre 2009 Print Friendly

L’écologie. Que laisserons-nous comme terre à nos enfants ?

Présentation du thème.

Depuis quelques années, on parle davantage de l’importance de l’écologie et du respect de l’environnement. On parle aussi de la pollution et des conséquences de celle-ci sur la santé et l’avenir de la planète.

Certains vivent dans un environnement pollué mais ils n’ont pas le choix de leur quartier.
Pourtant dans la vie de tous les jours, des petits gestes se font. Nous changeons parfois de comportement pour mieux respecter la planète.

Points forts

Le mot « écologie » était nouveau pour certains d’entre nous. Nous avons recherché ensemble d’autres mots qui s’en approchent : ‘protection de la nature’, ‘eau’, ‘mode’, ‘tri des déchets’, ‘économie d’énergie’, ‘arnaque’, etc. On se rend compte que la majorité d’entre nous se sent concernée par le sujet.

Nous essayons de poser de petits gestes quotidiens pour faire des économies et protéger l’environnement. Parfois, ce sont les enfants qui ont appris à l’école à trier des déchets et qui nous poussent à le faire à la maison.

Ce n’est pas toujours facile d’être « écologique » quand on a peu de moyens. Par exemple, on achètera plutôt un frigo d’occasion, moins cher, mais qui risque de consommer plus et de tomber plus vite en panne. N’ayant pas de voiture pour amener les encombrants, ceux-ci resteront un temps dans le jardin. Des passants nous considéreront comme des ‘pollueurs’.

Suite à la visite de l’incinérateur de déchets ménagers de Bruxelles, la cellule d’Etterbeek a expliqué son fonctionnement : les déchets sont brûlés ; des cendres sont réutilisées pour faire le goudron des routes ; de l’électricité est produite et sert à alimenter une petite partie de Bruxelles ; les fumées sont traitées de telle manière que ce qui sort de la cheminée n’est que de la vapeur d’eau (non polluante), etc…

La cellule de Quaregnon a montré que l’écologie a de bons et de mauvais côtés. Par exemple, le carburant vert (au colza) pollue moins mais les champs de colza sont cultivés au détriment d’autres cultures nécessaires pour nourrir les habitants.

Ensuite, en petits groupes, nous avons débattu sur ces phrases extraites des préparations en cellule :
- « L’écologie est une affaire de riches. » 
- « Consommer moins entraîne plus de chômage ; consommer plus entraîne plus de pollution. » 
- « Comment éduquer nos enfants pour qu’ils protègent l’environnement et respectent la planète ? »

En France, réflexion sur la "précarité énergétique" ou "Quand le chauffage devient un luxe", avec interviews de membres du Mouvement.