Les animateurs de la bibliothèque sous les manguiers se forment

Les 4 et 5 juin, une quinzaine des jeunes qui animent chaque semaine la bibliothèque sous les manguiers, dans le quartier Bacodjicoroni- Hèrèmakono de Bamako, ont pris part à une session de formation. Ils étaient soutenus en cela par la présence de deux volontaires venus du Burkina Faso.
Article posté le 3 août 2011 Print Friendly

Les animateurs de la bibliothèque sous les manguiers se forment

Groupe d'animateurs

Les animateurs ont situé l’histoire de leur groupe, qui a commencé il y a déjà six ans.
L’un d’eux témoigne de ses débuts : « Bien que l’on participe aux animations, on ne cherchait pas à comprendre pourquoi tel enfant moins dynamique et sale restait dans son coin et ne participait que de loin les animations... Les visites d’autres membres du Mouvement ainsi que la participation à des rencontres nous ont forgés à l’apprentissage continu de chercher à comprendre et à faire comprendre le sens de notre engagement, pourquoi on s’engage et pour qui en priorité. »

Animation 1

La première proposition faite au groupe a été de redécouvrir le sens des actions de partage de savoir.
Comment les animations de bibliothèque sous les manguiers valorisent l’enfant, sa famille, sa communauté et renforcent les liens de solidarité dans le quartier ? Plusieurs interventions des animateurs éclairent ces questions :

« Le savoir nous permet de sortir de l’isolement. Le pauvre c’est celui qui n’a pas d’ami, qui n’est pas compté. » « C’est celui dont on pense qu’il n’a pas d’idées et que l’on rejoint difficilement. » « C’est celui qui est considéré comme insociable... »
« Notre présence doit libérer les pauvres des parois qui les maintiennent prisonniers. Cela passe par les actions, telles que le livre, le chant, la danse, les contes, etc. Mais aussi par les visites de courtoisie qui cultivent la confiance et la fraternité entre nous. »
« Nos animations sont vues comme quelque chose qui remonte le moral des enfants les plus fatigués. Ils arrivent à exprimer leur talent et le font découvrir à leurs parents en famille. Notre présence auprès des enfants doit leur donner de la confiance et de sécurité. »
« Les enfants qui grandissent avec l’amitié pourront garder ça en eux et ça leur donnera une identité positive. »

Animation 2

« Notre engagement auprès des enfants dans le quartier renforce notre solidarité entre nous et celle des enfants envers leurs parents ».
« L’animation contribue à une entente entre les enfants. Elle favorise des liens d’amitié, de relations entre voisinage et attire l’attention des parents sur l’éducation de leurs enfants.  »

Le deuxième temps a été consacré à se perfectionner à préparer une animation, apprendre à réfléchir avec les enfants. Pour s’exercer, après avoir préparé, deux des animateurs ont animé à partir de deux livres. Le reste des participants jouaient le rôle des enfants.

Animation 3

«  Il faut toujours que l’animateur se prépare avec le livre à utiliser. Une maîtrise du sujet lui permet d’être à l’aise dans ses animations afin de pouvoir rendre du beau aux enfants. »
« Un enfant qui voit une image ou un passage d’un livre, peut dire des choses qui n’ont pas de liens, mais si tu le laisses aller jusqu’au bout de son idée, tu peux savoir ce qu’il veut dire. »

Participation des Vieux

Le deuxième jour a d’abord été consacré à des visites, notamment au groupe des anciens du quartier, qui ont beaucoup encouragé l’engagement des jeunes.

Enfin, un dernier temps d’échange a permis de souligner l’importance de se donner des temps d’évaluation.
« J’avais des problèmes au début à comprendre certaines situations que nous vivons ensemble. Mes écrits m’ont permis de comprendre mieux la valeur de ce que je fais avec les autres. »
« Les temps d’évaluation au cours desquels on se réunit permettent à nos parents de mieux nous connaître et de comprendre ce que nous faisons ensemble avec les enfants. C’est le moment où ils peuvent aussi nous prodiguer de conseils.  »

Réflexion en groupe

Le terrain où se déroule l’animation risquant d’être occupé dans l’avenir par des constructions, l’équipe se prépare, en réflexion avec les aînés et les enfants, à la recherche d’un autre lieu.

Article rédigé à partir du rapport écrit par Alban Soussango et Elie Dikoudgo