Nos objectifs

La misère n’est pas une fatalité, elle est l’œuvre des hommes. Les hommes peuvent donc la détruire.
Article posté le 29 mai 2007 Print Friendly

La pauvreté est un phénomène multidimensionnel qui ne se limite pas à l’aspect monétaire. Si être pauvre, c’est aussi devoir vivre – ou survivre – avec un revenu insuffisant, la grande pauvreté se caractérise par des précarités qui atteignent tous les domaines de l’existence et empêchent les personnes vivant cette situation d’accéder aux droits fondamentaux, d’avoir les moyens d’exercer leurs responsabilités et de participer à la vie de la société.

La réalité de la grande pauvreté est encore relativement mal connue, les politiques et actions mises en place, souvent sans concertation avec les personnes auxquelles elles s’adressent, atteignent difficilement les personnes vivant dans la grande pauvreté et sont rarement efficaces ; elles entraînent parfois des effets pervers qui aggravent la pauvreté et l’exclusion sociale des personnes.

Les personnes qui connaissent la pauvreté vivent souvent dans un état de dépendance : elles dépendent d’une allocation, de l’avis d’autres personnes pour obtenir tel ou tel droit… De surcroît, souvent la société considère que les personnes vivant dans la pauvreté sont responsables de leur état, ne faisant pas ce qu’il faudrait pour s’en sortir. Il en résulte un sentiment de honte et une culpabilisation qui sont à l’origine d’une exclusion qui est renforcée par le fait que les très pauvres ont une autre perception de leur réalité. Effectivement, quotidiennement, ils entreprennent toutes sortes d’actions pour résister à la misère ; initiatives que la société ne voit pas ou – pire – déconsidère. Là se creuse un véritable fossé rendant le dialogue difficile et compromettant gravement la participation à la vie sociale. Cette exclusion qui s’inscrit dans la durée fait qu’il est difficile d’atteindre les très pauvres et que cela demande des méthodes d’action particulières.
Mais ces mécanismes d’exclusion mettent en jeu l’ensemble de la société. C’est pourquoi une action doit être menée au niveau de celle-ci. Il faut aussi entreprendre des actions vis-à-vis des acteurs sociaux et de l’opinion publique en général. C’est une condition nécessaire pour lutter contre la grande pauvreté et l’exclusion qui en découle.

C’est pourquoi nous avons pour buts
- de permettre à chaque personne, famille ou groupe social de vivre dans des conditions conformes à la dignité humaine,
- de développer librement des projets pour eux-mêmes et pour l’ensemble de la société,
- de faire respecter l’ensemble des droits des personnes qui vivent dans la grande pauvreté et
- de rassembler, autour de celles-ci, les personnes convaincues que la misère n’est pas fatale.

Extraits des statuts de ATD Quart Monde Wallonie-Bruxelles a.s.b.l.

Nos objectifs principaux sont
- détecter et connaître les situations de grande pauvreté et d’exclusion sociale et culturelle et lutter contre celles-ci,
- assurer la promotion socioculturelle et participation citoyenne des personnes, familles, groupes et catégories sociales vivant dans la grande pauvreté et l’exclusion,
- donner à ceux-ci les moyens de s’exprimer et de faire connaître leur expérience, leurs analyses et leurs aspirations, pour qu’elles soient prises en compte par la société et puissent participer à sa transformation,
- soutenir et renforcer la vie familiale dans les milieux les plus précarisés,
- assurer, à tous les niveaux de la société, une représentation de ces populations, fondée sur une connaissance approfondie de leur vécu,
- rassembler et mobiliser des personnes de toute appartenance afin de promouvoir le respect et la compréhension mutuels ainsi qu’une action commune prenant comme référence le vécu du plus pauvre.

Extraits des statuts de ATD Quart Monde Wallonie-Bruxelles a.s.b.l.