Un revenu minimum décent pour tous

Lettre de l’Université populaire Quart Monde de mai 2016

Article posté le 6 septembre 2016 Print Friendly

Un revenu minimum décent pour tous

Extrait de la lettre de l’Université populaire Quart Monde destinée aux participants de l’Université populaire pour préparer la rencontre au sein des groupes locaux.

L’Université populaire Quart Monde est un lieu de construction de pensée et de parole, à la fois individuelles et collectives. Les personnes vivant dans la grande pauvreté y prennent la parole sur des thèmes de société. Cet endroit rassemble des personnes de tous milieux et permet de croiser les expériences de chacun pour changer notre regard sur les personnes en situation de pauvreté.

Si vous voulez en savoir plus sur l’Université populaire ou si vous souhaitez rejoindre un groupe de préparation, vous pouvez contacter l’équipe d’animation par téléphone 02/650.08.73.

Présentation du thème

Dans la suite du fil rouge de l’année "Avancer ensemble petits et grands pour permettre un avenir à tous", il nous a semblé intéressant de continuer sur "un avenir à tous" en abordant la question d’un revenu minimum décent pour tous", revenu qui concerne toutes générations confondues. Ce thème sera un de ceux qui seront travaillés lors de la prochaine Université populaire Quart Monde Européenne qui est prévue pour l’automne 2016, à Bruxelles. Nous commençons donc à travailler ce thème pour pouvoir contribuer à cette Université populaire.

Pour ce mois de mai, nous commençons par vos connaissances et votre expérience sur ce sujet et sur ce qu’est pour vous ce revenu et ce qu’il devrait être.

Points forts

Dans les réflexions faites dans vos réunions de cellule pendant le mois de mai, vous avez dit qu’un revenu décent pour vivre doit permettre de se nourrir, de s’habiller, de se loger, de se déplacer, d’avoir accès aux soins de santé, à la culture, aux loisirs. Tout ça est très important pour vivre décemment. Vous avez nommé différentes sortes de revenus qui existent aujourd’hui, dont tous ne permettent pas de vivre décemment. Et plusieurs ont aussi parlé de situations où des personnes n’avaient droit à aucun revenu.